#MonStageISCPA Alison, Journaliste radio sur NRJ Toulouse

#MonStageISCPA Alison, Journaliste radio sur NRJ Toulouse

C’est le retour de #MonStageISCPA ! Et pour cette première de l’année, nous retrouvons Alison, étudiante en 2ème année Bachelor Journalisme, qui a vécu une très belle expérience radio. Direction les studios de NRJ Toulouse !

NRJ est un média important dans l’univers de la radio, peux-tu nous en dire plus ?
En effet, NRJ est la deuxième radio de France la plus écoutée, derrière RTL, avec plus de 6 000 000 d’auditeurs quotidien. Ce succès s’explique en partie par la programmation de NRJ qui vise un public jeune et dynamique. On y retrouve des émissions fun, décalées, avec des animateurs connus comme Manu ou Cauet, mais ce n’est pas tout ! L’actualité y a également une place importante. C’est d’ailleurs ce qui m’a été demandé durant mon stage, mes sujets devant intéresser les jeunes (15-35 ans), ils devaient être légers et dynamiques. Il faut savoir que l’antenne locale de Toulouse a seulement quelques minutes chaque heure dans le 6/9, il faut donc aller à l’essentiel. Je parle bien sûr de la partie information, et non de l’animation l’après-midi.
On peut également dire que la radio NRJ s’inscrit, d’une certaine façon, dans le journalisme de solutions car à l’antenne, on cherche à mettre en avant des initiatives positives, des nouveautés ou des personnalités locales, qui peuvent intéresser les auditeurs. NRJ est devenu un média important en France, et le positif qui s’en dégage, des émissions aux informations, n’y est pas étranger.

Quelles sont tes impressions sur cette première expérience dans le milieu de la radio ?
Cette expérience a été la meilleure pour moi à ce jour ! J’ai pu proposer des sujets différents de ce que l’on voit dans la presse en général, ou dans les radios d’information. En proposant des sujets qui me plaisaient et qui étaient susceptibles de plaire aux auditeurs, j’ai également fait de très belles rencontres. Donner de la visibilité à des projets ou des initiatives qui en avaient besoin, et me dire que, peut-être, j’avais aidé des personnes à les développer, c’est important.
Durant mes interviews, j’ai toujours trouvé que les gens étaient plus à l’aise en s’exprimant à un micro que lorsqu’on prend des notes ou qu’on les filme. Nous sommes plus à l’écoute et ils ne sont pas stressés par le fait d’être filmés. Cela crée une plus grande complicité, la discussion fonctionne bien, et ça permet de réaliser de bonnes interviews.
Mon seul regret, c’est de ne pas avoir pu faire de l’antenne, car je n’y étais pas autorisée. Du coup, j’ai pour but de contacter une radio locale associative, ce qui me permettrait de découvrir un autre aspect de la radio, celui de l’antenne et de la prise de parole en direct.

Tu as pu interviewer beaucoup de personnalités nationales et locales, une rencontre en particulier t’a vraiment marqué ?
Oui, j’ai eu la chance de pouvoir interviewer beaucoup de personnalités ! Je pense notamment aux Chevaliers du Fiel, à Manon Bril (la Youtubeuse), à Jérémy Ferrari ou encore à Kev Adams. C’était des moments incroyables, mais celui qui m’a le plus marqué, c’est mon entretien avec Jérémy Ferrari. Ceux qui ont vu son passage dans l’émission « On n’est pas couché » peuvent imaginer la prestance du personnage. Avant de le rencontrer, j’ai d’abord vu son spectacle « Vends deux pièces à Beyrouth », prodigieux ! Mais ça m’a mis la pression car je savais qu’il avait des choses à dire, et qu’il en imposait beaucoup. Lors de l’interview dans sa loge, il s’est montré très accessible, ouvert, et drôle bien sûr. On a bien discuté et j’ai été impressionnée par son audace, son savoir, mais aussi par son engagement, car c’est quelqu’un qui veut faire bouger les choses. Dans mon interview, on ressent vraiment ses convictions et les idées pour lesquelles il se bat. Jérémy Ferrari, c’est quelqu’un qui ne peut pas vous laisser indifférent, tout ce qu’il vous dit est percutant, il ne s’agit pas d’avoir tort ou raison, mais il fonce dans le tas. Et dans le contexte actuel, pouvoir interviewer un humoriste engagé, avec une vraie liberté de parole, c’était important. Cet interview a été le meilleur moment de mon stage, et je dirais même un très bon moment dans la carrière de journaliste que j’espère avoir. Je ne suis pas prête de l’oublier.

Prénom : Alison ; Age : 24 ans
Parcours : Etudiante en 2ème année Bachelor Journalisme à l’ISCPA Toulouse après l’obtention d’une Licence de Lettres Modernes à l’Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3 à Paris (75) et d’un Bac L au Lycée du Caousou à Toulouse (Haute-Garonne,31).
Stage : Journaliste radio sur NRJ à Toulouse (Haute-Garonne,31)

Toulouse, le 16 mars 2016