#MonStageISCPA Audrey, Graphiste chez Affaire Média (Montréal)

#MonStageISCPA Audrey, Graphiste chez Affaire Média (Montréal)

« Pas d’chicane dans ma cabane », « l’affaire est ketchup », « être de bonne heure sur le piton »… Vous ne savez pas ce que signifient ces expressions ? C’est que vous n’êtes pas encore parti au Québec ! (NDLR : un petit tour sur je-parle-quebecois.com pourra vous en apprendre plus). Audrey – étudiante en Bachelor Communication à l’ISCPA Toulouse – a décidé de franchir le pas, et de traverser l’Atlantique, pour son stage de 3ème année. Le Canada, son quotidien au sein de l’agence Affaire Média, ou encore la connexion toulousaine avec son tuteur, découvrez ce nouveau numéro de #MonStageISCPA !

Nous te retrouvons à près de 6000 km de Toulouse, à Montréal. Quel est ton quotidien chez Affaire Média ?

J’effectue en effet mon stage au sein de cette agence spécialisée dans le web marketing et le social media. Mes journées sont assez variées dans leur contenu, et parfois semblables. Tout dépend des urgences, des demandes imprévues, de l’arrivée de nouveaux clients… Nous faisons un point en début de semaine au sujet des réalisations graphiques à faire pour chaque client. Ces points sont primordiaux afin de prioriser et de réaliser les demandes dans les meilleures conditions. En ce moment, nous travaillons essentiellement sur le lancement d’un site de vêtements féminins, ce qui prend beaucoup de place dans nos journées. Je m’occupe des visuels du site internet, des photos à retoucher et nous sommes en train de mettre en place leur stratégie digitale sur les réseaux sociaux. Nos clients sont très variés et issus de secteurs très hétérogènes, que ce soit dans la mode, la vente en ligne de vins, la restauration, etc… En France, au Canada et même aux Etats-Unis ! Il faut enfin préciser que nous sommes deux stagiaires au sein de l’agence, et que nous sommes vraiment considérés comme des collaborateurs à part entière, c’est très agréable.

 

Et concernant tes missions, que peux-tu nous dire ?

Ma mission principale me conduit au poste de de graphiste, mais je prends aussi la casquette de community manager. Je réalise les visuels pour les réseaux sociaux, des conceptions de posts, mais également des plaquettes, flyers, logos,  ou encore de la retouche photo…  tout ce qui répond à une demande graphique.

Concernant les missions de community management, je n’étais pas friande de l’idée car je ne suis pas très réseaux sociaux à la base… Mais j’y prends goût au fur et à mesure et ça devient un petit challenge d’en apprendre chaque jour un peu plus sur ce domaine qui est constamment en mouvement ! On peut vraiment y faire des choses sympas.

 

Ton tuteur est un ancien du Campus IGS et plus particulièrement de l’ICD Toulouse. Comment se sont passés les premiers contacts ?

Samuel est effectivement diplômé de l’ICD, l’école de commerce du Groupe IGS. Je voulais absolument partir à l’étranger pour ma dernière année de Bachelor Communication, et au Canada tout particulièrement car Montréal m’a toujours attiré. De plus je souhaitais réaliser mon stage de 3ème année dans le domaine du graphisme. Lorsque l’école nous a fait part de l’offre chez Affaire Média, j’ai donc sauté sur l’occasion. Après une première candidature et un entretien Skype, les échanges se sont bien passés. Canada + graphisme : c’est chose faite et j’en suis ravie !

 

Quel est ton ressenti par rapport au changement de culture entre la France et le Canada ?

Une chose que j’apprécie beaucoup à Montréal c’est son côté cosmopolite. Tu peux entendre une personne commencer un bout de phrase en québécois puis la finir en anglais. Il y a beaucoup d’espagnols également… C’est super enrichissant. Montréal, c’est aussi de nombreuses activités pour toutes les communautés, un monde culturel très riche, des gens respectueux et soucieux de leur ville, de l’environnement. C’est du partage et du collectif entre quartiers et voisins… Montréal c’est la ville, mais la nature aussi. Bref, il y fait bon vivre !

 

Qu’est-ce qui t’a le plus marqué ?

Inutile de parler de l’accent… (rires). Je pense que ce qui m’a le plus marqué à mon arrivée, c’est une tempête avec plus de 45 centimètres de neige dans les rues. Et nous étions le 15 mars avec un ressenti de -20°, forcément. Ou encore des températures ne dépassant pas les 11 degrés et toujours de la pluie un 4 juin, pendant que vous aviez un beau soleil et 30 degrés à Toulouse… Un manque de vitamine D mais… on aime quand même Montréal et il y a des chances pour que cela dure un petit temps pour moi 🙂 .