Coup de projecteur sur les médias parisiens

Coup de projecteur sur les médias parisiens

Les médias français sont réputés pour leur richesse et leur diversité. L’ISCPA vous propose aujourd’hui de découvrir trois médias influents de la scène parisienne, au travers d’un journal, d’une chaîne de télévision et d’une radio.

#1 Le Parisien

Le Parisien Libéré est créé en 1944, avec pour premier titre publié « La victoire de Paris est en marche ! ». Il s’agit alors d’une coopérative ouvrière, qui prend la relève du Petit Parisien, pour ensuite devenir une SA. Dès sa parution, le journal se veut un « journal populaire de qualité ». 

Les années 70 sont marquées par la crise, et le journal met alors en place une politique de régionalisation en Ile-de-France. Le journal devient Le Parisien en 1986, avec une nouvelle formule partiellement en couleurs. En 1994, une édition nationale est lancée (Aujourd’hui en France), et en 1999 le journal se décline avec une version dominicale. En 2008, La Parisienne paraît chaque premier samedi, et 2010 signe une formule tout en couleur. Le Parisien Magazine est lancé en 2012, il fait office de prolongement éditorial naturel.

Le Groupe LVMH reprend Le Parisien qui fait alors partie du Groupe Les Echos. Il reçoit de nombreuses subventions de l’État. LVMH de son côté fait une dotation de 83 millions d’euros au Parisien en 2019 pour « éponger ses pertes et lui permettre d’investir ».

#2 BFM Paris

BFM Paris, chaîne de télévision régionale, a vu le jour en 2016, et a été lancée en présence d’Anne Hidalgo. Pour la petite histoire, le projet remonte en réalité à 2006, lorsque le CSA a lancé un appel à candidatures pour des chaînes locales diffusées en région parisienne sur la TNT. Le Groupe NextRadioTV présente alors le projet de BFM Paris TV, mais il n’est pas retenu. Quelques années plus tard, BFM Radio devient BFM Business, à la fois une radio et une chaîne de télévision, puis NextRadioTV est repris par SFR. Le groupe annonce alors ses projets parmi lesquels une chaîne d’information locale parisienne, BFM Paris, qui sera lancée en 2016. C’est la première chaîne locale du groupe, et elle se veut « la plus grosse chaîne d’infos locales en France » avec trente-sept journalistes, un hélicoptère, des scooters et une vingtaine de smartphones qui font office de caméras.

Selon le Directeur général de SFR Média, Alain Weill, le budget annuel de la chaîne est de 6 millions d’euros, et il devrait rapidement atteindre les 10 millions d’euros.

Les programmes reposent sur l’information francilienne, la proximité et la culture. Chaque édition est diffusée et rediffusée toutes les demi-heures. BFM Paris propose son Bonjour Paris de 6h30 à 9h30 en semaine, puis son Bonsoir Paris de 18h à 20h et de 22h à minuit, son Paris Week-end de 7h – 10h les samedis et dimanches, et enfin Paris Express le reste du temps (information francilienne actualisée et en continu).

#3 Voltage

Dans les années 80, Jean-Marc Cohen et Yannick Urrien lance une radio locale privée. Cohen poursuite seul l’aventure et installe ses locaux sur une péniche vers la Tour Eiffel puis rue du Chevaleret. Le succès augmente d’années en années, et en 1990, Radio Voltage est la 4e radio la plus écoutée en Ile-de-France. Elle devient en 1995 Voltage FM, et Gérard Lanvin la rachète. C’est alors la 1re radio Dance avec un très bon taux d’audience (5,7 % cumulé).

En 2000, la radio change à nouveau de nom, pour devenir Voltage, et Jean-Marc Morandini en prend la tête. Elle devient une « city radio » avec des hits (100 % Paris – 100 % hits). Les années suivantes sont marquées par des changements de direction, de nouveaux slogans, de nouvelles grilles de programme. Le CSA donne son accord en 2004 pour la cession de Voltage à Haute Tension, dirigée par Bertrand de Villiers.

Le monde des médias vous attire ? Vous souhaitez devenir le journaliste de demain ? Découvrez les formations proposées par l’ISCPA et faites de votre projet professionnel une réalité !