Cycle Mastère Professionnel Production certifié par l’Etat niveau I (Paris)

Cycle Mastère Professionnel Production certifié par l’Etat niveau I (Paris)

Produire un film, un festival ou toute autre oeuvre artistique est un métier d’entrepreneur : avoir une vision du projet, le développer, et mettre tout en oeuvre pour le porter devant son public. Les étudiants vont se spécialiser sur les aspects entrepreneuriaux de la production culturelle et médias. Forts de leurs premières années d’apprentissage, ils devront concevoir un projet libre de production d’oeuvres artistiques, culturelles et de divertissement.

L’ISCPA Paris propose aux étudiants qui le souhaitent de suivre une partie de leur cursus en alternance sous contrat de professionnalisation. L’objectif de ce dernier est de favoriser l’insertion professionnelle en renforçant le lien entre un jeune et une entreprise. Le contrat de professionnalisation associe l’exercice d’une activité professionnelle en entreprise à des périodes de formation à l’ISCPA. En savoir plus sur le contrat de professionnalisation….

 

A l’issue du Bac+5, les étudiants bénéficient d’un double diplôme :
* Titre d' »Entrepreneur Producteur » de l’ISCPA Paris
* Titre certifié par l’Etat niveau I d’ »Entrepreneur-Dirigeant »

en partenariat et délivré par l’ESAM, école de management du groupe IGS,
arrêté du 10/08/2012, JO du 22/08/2012, code NSF 310n.
 

1ère année de Cycle Mastère Professionnel* Production (60 crédits 1)

La 1ère année du cycle Mastère* fait appel à toutes les compétences gestionnaires, comptables, économiques, juridiques et administratives d’un producteur. Les étudiants apprendront à travailler la prise de risque ainsi que leur intuition. Ils développeront leurs compétences en recherche de financements et leur capacité à se constituer un réseau professionnel.

Le programme détaillé :

Découverte des nouveaux modèles économiques émergeants, évolution du secteur des industries culturelles et créatives. Veille économique et culturelle.

Création de société, business plan, prévisionnel d’activité, évaluation des risques, cadre juridique, crédit d’impôts, plan de financement et de trésorerie. Management et relation auteur – producteur.

Appréhension des différentes dimensions d’un projet, optimisation et rationalisation budgétaire, anticipation. Etudes, marketing, développement commercial. Sensibilisation aux nouvelles pratiques et consommations culturelles, artistiques et de divertissement.

Financements des oeuvres : documentaires, films, programmes de flux et programmes de stock, concerts et spectacles vivants, albums (majors et labels indépendants), festivals. Approche structurelle : financements publics, politiques culturelles (cadre régulateur, CNC, soutiens, aides publiques), financement privés,
crowdfunding. Etablissements financiers. Partenaires sectoriels : coproducteurs, distributeurs, diffuseurs, pré-achat des télévisions, nouveaux opérateurs.
Administration de Production. Législation, gestion et administration du secteur musical. Droits patrimoniaux, propriété intellectuelle, contrats du secteur audiovisuel et musical.

Lancement de nouvelles œuvres, planification, marchés du film, showcase.

L’étudiant choisit l’un des projets proposés par la direction des études, parmi l’un des univers (cinéma, TV, musique, spectacle vivant). Ce projet de groupe fait appel aux compétences comptables, économiques, juridiques, administratives, et de gestion. Travail de mise en situation pratique réelle encadré par des professionnels. La prise de risque inhérente au milieu de la production, le développement du réseau professionnel et la capacité à trouver les financements constituent une garantie nécessaire pour mener les projets à terme.

Rencontres professionnelles et conférences avec des décideurs des grands médias et du monde de l’entertainment. Problématiques apportées par les acteurs du marché. Visions des décideurs d’aujourd’hui.

Présenter son projet professionnel en anglais. Maîtriser les terminologies professionnelles. Préparation et examen officiel du TOEIC.

En France ou à l’étranger. Rapport professionnel évalué par l’entreprise et le corps professoral. Les élèves apprennent à développer leur employabilité. Le service entreprise accompagne et conseille l’élève depuis sa recherche jusqu’à son évaluation finale.

2ème année de Cycle Mastère Professionnel* Production (60 crédits)

Les étudiants ont le choix de suivre cette année d’études soit en formation initiale (statut étudiant), soit sous contrat de professionnalisation (statut salarié). Cette
année permet de concrétiser le projet professionnel de l’année en conjuguant les
compétences acquises lors des expériences terrains et durant la formation.

  • Alternance sous contrat de professionnalisation possible ou stage de 6 mois minimum, en France ou à l’étranger
  • Admission : Bac+4 validé 3 (en savoir plus sur les admissions…

Le programme détaillé :

Etat des lieux des volontés politiques dans le monde, au service de la culture artistique. Aides et soutiens directs et indirects. Marchés internationaux du film et de l’audiovisuel. Les coproductions (cinéma et audiovisuel). Financement et organisation des coproductions des films d’animation.

Pratiques juridiques et réglementaires imposées par l’internationalisation des projets.

Acquisition et vente de programmes courts ou longs. Distribution internationale. Le marché du jeu vidéo. Booking international. Projets de spectacles vivants à l’international. Musique et nouvelles tendances économiques et marketing,brand content.

L’étudiant est libre de choisir son projet de production en cinéma, web, radio, télévision, musique ou spectacle vivant voire de mener un projet transmédia. Toutes les compétences acquises au cours de la formation devront être mises en avant au travers du projet. Ce dernier sera présenté devant un jury de professionnels.

Développer une idée originale. Script doctoring. Fédérer des talents artistiques. Confronter l’idée à la réalité des projets concurrents existants et des attentes des diffuseurs ou distributeurs. Etude de marché et faisabilité.

Notes d’intention, synopsis. Travaux de groupes encadrés et confrontés à des professionnels.

Analyse et recherche de financements, dossiers des aides et partenaires financiers du secteur, validation du plan de financement.

Mise en production d’un teaser ou d’une maquette pour soutenir le projet.

Argumenter et convaincre de l’intérêt du projet. Soutenance et évaluation par un jury de professionnels qui évalue point de vue et posture de producteur lors du showcase.

Ingénierie juridique concernant la jeune entreprise (statuts, droit social, droit commercial, fiscalité). Permettre aux futurs chefs d’entreprise d’appréhender le traitement amiable et le traitement judiciaire des entreprises en difficulté.
Comprendre les responsabilités des dirigeants de sociétés commerciales, au niveau du droit de la faillite, au niveau du droit d’établissement, à l’égard de l’administration fiscale, de l’administration sociale.

Particularités fiscales de l’audiovisuel (TVA, amortissements, subventions, Soficas). Organisation comptable d’une société de production cinématographique et audiovisuelle.

Environnement et responsabilité des Dirigeants. Lecture des comptes d’une entreprise audiovisuelle. Comment maîtriser son chiffre d’affaires. Détermination du résultat. Analyse financière rapide du banquier. Crédit d’impôt international.

Avènement de nouveaux formats et nouveaux supports, explosion des codes traditionnels de la production, le producteur doit être en éveil permanent face aux évolutions et aux attentes du public. Il doit toujours avoir un temps d’avance, être innovant et créatif. Création et production de projets transmédias. Etudes de cas pratiques audiovisuels, cinématographiques, évaluation budgétaire et de production.

Rencontres professionnelles et conférences avec des décideurs des grands médias et du monde de l’entertainment. Problématiques apportées par les acteurs du marché. Visions des décideurs d’aujourd’hui.

Présenter son projet professionnel en anglais. Maîtriser les terminologies professionnelles. Préparation et examen officiel du TOEIC.

Statut étudiant ou salarié : rapport d’activité professionnelle (diagnostic, développement d’activités) évalué par l’entreprise et le corps professoral. L’étudiant est considéré comme un véritable professionnel de son secteur, ayant toutes les compétences requises pour monter et porter un projet à son terme.

Ce travail écrit, individuel et tutoré par un professionnel, sanctionne la fin du cursus.
Lié à une problématique professionnelle, il permet d’entreprendre une réflexion thématique et un travail d’investigation. La soutenance orale a lieu devant un jury de professionnels.


* Les termes « Cycle Mastère Professionnel » désignent un niveau de fin d’études à Bac+5.

1 Toutes les formations de l’ISCPA sont organisées en modules répondant aux normes du « Système Académique du Groupe IGS ». Des crédits sont attribués à toutes les composantes d’un programme de formation (modules, cours, stages, mémoires…). Chaque formation comporte 60 crédits annuels, chaque année académique étant divisée en deux semestres et comportant une ou plusieurs périodes ou missions en entreprise. Le Système Académique du Groupe IGS a été institué dans le but de favoriser les échanges internationaux. Nos étudiants sont notés en lettres de A à E, à l’instar de nombreux autres pays. Un Crédit ECTS est une unité de validation des études capitalisable et modulaire.

2Admission en 1ère année de cycle Mastère Professionnel* : après un Bac+3 en commerce, gestion, économie, droit, cinéma, art, lettres, langues, communication…

3 Admission en 2ème année de cycle Mastère Professionnel* : après un Bac+4 en production audiovisuelle, commerce, gestion, économie, art, communication avec parcours et expériences avérés dans le secteur de la production…