#MonStageISCPA Bastien, Journaliste à Midi Olympique

Mêlée, demi d’ouverture, cocotte, cadrage débordement, pick and go, chandelle ou encore chistera. Ces termes ne vous disent rien ? Vous n’êtes peut-être pas un lecteur assidu du “Midol”.

#MonStageISCPA Bastien, Journaliste à Midi Olympique

Alors qu’il vient de démarrer son second semestre dans un contexte particulier et des cours qui se réalisent entièrement à distance, Bastien revient sur l’expérience professionnelle qui a marqué ses derniers mois de stagiaire. Actuellement étudiant en 2ème année de Bachelor Journalisme* à l’ISCPA Toulouse, il nous raconte ses 3 mois de stage passés au sein de la rédaction de Midi Olympique et nous livre quelques éclairages sur les coulisses du métier de journaliste sportif. Coup de pied d’engagement, cet interview #MonStageISCPA peut débuter.

#MonStageISCPA Bastien, Journaliste à Midi Olympique

Raconte-nous comment as-tu trouvé ce stage !

Ma recherche du stage de J2 a débuté durant ma première année à l’école. Au début du mois de juin 2019, j’ai reçu une réponse positive de la part d’Emmanuel Massicard, Rédacteur en chef de Midi Olympique. J’avais commencé ma recherche en ciblant plusieurs médias en lien avec mon projet professionnel : devenir journaliste sportif. Grâce à des contacts personnels, j’ai pu échanger avec les personnes en charge du recrutement à La Dépêche du midi, puis à Midi Olympique. Et après différents échanges, une réponse positive m’est parvenue, pour un stage d’une durée de 3 mois.

Devenir journaliste sportif, c’est un vrai objectif pour toi ?

C’est un objectif et surtout un rêve de gosse ! C’est mon envie et mon projet professionnel depuis tout petit et je n’ai jamais changé d’avis. Ma détermination ne fait que croître avec chaque expérience vécue. Le sport reste et restera ma grande passion, donc forcément, je souhaite travailler dans ce milieu.

Et quelles qualités te semblent essentielles ?

La curiosité, l’adaptabilité et le sens du contact sont à mon sens trois qualités essentielles pour être journaliste. Chacune d’entre elles à sa façon. La curiosité permet d’aller plus loin dans son sujet et de mettre le doigt sur des points méconnus. L’adaptabilité facilite la compréhension de la ligne éditoriale du média et permet de mieux appréhender le sujet sur lequel nous travaillons. Enfin, le sens du contact me paraît être l’une des qualités primordiales. Aller vers les personnes concernées par notre sujet, les contacter, interviewer chaque source. C’est essentiel.

Pour un journaliste sportif, il faut forcément être passionné pour avoir la meilleure connaissance possible de son sujet. Et il faut surtout être déterminé. De façon générale, rester disponible et être capable de consacrer beaucoup de temps à son travail ont pour moi un intérêt catégorique dans ce métier.

Quelles étaient tes principales missions au Midol ?

Au sein de la rédaction du Midi Olympique, les stagiaires travaillent pour le journal sortant deux fois par semaine. Mais nous sommes également affiliés aux deux sites internet, Rugbyrama.fr et Midol.fr. La principale mission a tout d’abord été de la veille sur le monde de l’ovalie pour être capable de publier en premier une information vérifiée. Cette veille concernait autant la section transfert de chaque club dans le monde que les résumés de match ou encore l’actualité de ce sport.

Mon stage m’a également permis de travailler sur de grandes personnalités du rugby et de rédiger des articles pour le journal papier, à l’instar de celui sur Beauden Barrett, l’un des meilleurs joueurs de rugby au monde. J’ai aussi eu l’occasion de participer au lancement du fantasy game de Midi Olympique (La Grande Mêlée), de réaliser des commentaires de match en live ou encore des interviews de rugbymen.

J’ai enfin eu le privilège de me rendre à trois rencontres du Colomiers Rugby aux côtés d’un journaliste professionnel, Enzo Diaz. Dans ce cadre, il me fallait rédiger souvent trois articles pour chaque rencontre. Chaque article étant destiné à l’un des trois formats du média. Un papier de 1200 signes pour le résumé du match, un article plus complet destiné au site web et pour finir un article à froid avec un angle validé par la rédaction, accompagné de mon interview d’après match.

Pour les plus jeunes, raconte-nous comment se passe un match en tribune de presse.

Je pense tout d’abord à la fierté de récupérer son accréditation pour accéder aux différents endroits du stade. La plupart du temps, je commence par accéder à la pelouse, pour être au plus près des joueurs pendant l’échauffement. Prendre la température et les dernières informations du terrain avant un match me semble être une partie importante. Il faut ensuite rejoindre son poste de journaliste en tribune presse, aux côtés des différents médias. Le spectacle débute à l’entrée des joueurs sur la pelouse, accompagnés des chants des supporters. Pour chaque passionné, c’est un moment d’adrénaline extrêmement pur, mais il faut très vite se concentrer sur sa mission et son travail. Le match se vit alors différemment, avec un œil plus professionnel, et non supporter. Durant la rencontre, il faut noter les différents faits de match puis débuter la rédaction de l’article pour pouvoir l’envoyer dès le coup de sifflet final.

Il est alors temps de rejoindre les joueurs dans le couloir du stade ou les vestiaires. À ce moment-là, il faut recueillir les réactions d’après-match et d’être au plus près des acteurs de la rencontre. C’est un moment très particulier à vivre et une fierté d’être aux côtés de journalistes et de joueurs professionnels. Je retiens notamment l’interview d’Aurélien Béco, réalisée dans les vestiaires de Colomiers après une victoire. Un moment fort en émotion et en spontanéité avec le capitaine columérin, pour une interview enrichissante et pleine de rires, dans l’esprit et les valeurs du rugby.

Avec la crise sanitaire liée au Covid-19, tu as dû terminer ton stage en télétravail. Comment la rédaction s’est adaptée ?

Dans une rédaction, la communication reste essentielle entre les journalistes. Le télétravail ne faisait pas exception à la règle, il a seulement contraint l’ensemble des journalistes à s’adapter et à changer leurs habitudes. Avec le confinement, l’organisation a donc changé. Notre planning type a été impacté par l’actualité et l’arrêt progressif des différents championnats. Les rubriques en lien avec les joueurs ont été réduites, mais il a fallu s’adapter encore une fois. Les journalistes avaient des conférences de rédaction tous les deux matins, le but étant de définir les axes de travail pour le journal et les deux sites internet.

En revanche, le confinement ne change pas la mission première du journaliste : rendre compte de l’actualité. Et même s’il n’est plus possible d’aller au contact des personnalités de ce sport, la technologie permet néanmoins d’aller chercher l’information, de réaliser ou d’enregistrer des interviews.

Pour l’année prochaine, as-tu un objectif de stage en particulier ?

Mon objectif reste en premier lieu de continuer ma formation de journaliste sportif, donc d’aller dans une rédaction spécialisée dans le sport, et pas forcément le rugby. Comme principal objectif, j’aimerais avoir la chance de travailler dans un média télévisuel comme Canal +, Eurosport ou France Télévision. Mais l’idée de réaliser un nouveau stage dans une rédaction comme celle du Midi Olympique m’intéresse également.

 

*CYCLE BACHELOR JOURNALISME – Titre de Journaliste, Diplôme reconnu par l’Etat, titre enregistré au RNCP de niveau 6 (ancien niveau II) à bac +3, code NSF 321t, par arrêté du 15/12/2016, J.O du 18/12/2016

Autres témoignages stage

#MonStageISCPA Nicolas, Journaliste sportif à la Dépêche du Midi
Toulouse
Témoignage stage
Le 25 août 2023

#MonStageISCPA Nicolas, Journaliste sportif à la Dépêche du Midi

La curiosité et l’éclectisme, deux qualités importantes à avoir en stock lorsqu’on est journaliste. Avoir un sujet de prédilection peut s’avérer utile mais savoir parler de tout (et s’y intéresser) est primordial afin de s’ouvrir un maximum de portes.

Lire la suite

#MonStageISCPA Florent, Journaliste Reporter d'images chez viàOccitanie
Toulouse
Témoignage stage
Le 05 août 2023

#MonStageISCPA Florent, Journaliste Reporter d’images chez viàOccitanie

On peut avoir été bercé par Dailymotion, YouTube puis Twitch et garder un attachement particulier pour la télévision. L’audiovisuel regroupe en effet une grande variété de plateformes, des chaines, de formats et tout autant de métiers. A commencer par ceux du journalisme.

Lire la suite

#MonStageISCPA Louis, journaliste au service des sports de La Dépêche du Midi
Toulouse
Témoignage stage
Le 15 juillet 2022

#MonStageISCPA Louis, journaliste au service des sports de La Dépêche du Midi

Couvrir l’actualité locale permet de traiter de sujets nombreux et variés. Il en va de même pour l’actualité sportive au sein d’une rédaction locale. Interviews en face à face, rencontres en tribune de presse, déplacements avec les clubs, conférences de presse… Les terrains de jeu sont multiples pour un étudiant en journalisme passionné.

Lire la suite

#MonStageISCPA Aurore, journaliste à Radio scoop et Lyon 1ère
Toulouse
Témoignage stage
Le 15 juin 2022

#MonStageISCPA Aurore, journaliste à Radio scoop et Lyon 1ère

Partir à l’aventure dans une ville que l’on ne connait pas, c’est aussi démontrer sa curiosité d’esprit, son esprit d’initiative et sa capacité d’adaptation. En quelques mots, certaines des qualités essentielles afin d’exercer le métier de journaliste.

Lire la suite

#MonStageISCPA Simon, Assistant d’édition sur la chaîne L’Équipe
Toulouse
Témoignage stage
Le 01 juin 2022

#MonStageISCPA Simon, Assistant d’édition sur la chaîne L’Équipe

Mettre les pieds sur un plateau TV, travailler avec des journalistes que l’on a l’habitude de regarder à la télévision, évoluer avec d’anciens sportifs que l’on a adulé (ou détesté)… Faire ses premiers pas dans un grand média sportif peut parfois s’avérer délicat. Mais avec de l’investissement, de l’écoute et du travail, cela peut s’avérer une superbe expérience, un révélateur de projet.

Lire la suite