Déontologie et journalisme

Le journalisme consiste à informer la population sur différents sujets (politique, environnement, économie, sport…). Pour assurer la transparence de l’information et sa qualité, les journalistes sont soumis à un ensemble de règles morales. Cet ensemble de règles, c’est ce qu’on appelle la déontologie. Si ce concept existe dans de nombreux corps de métier, le journalisme a ses propres règles et standards. Au nom de cette déontologie, les journalistes vont faire le choix de diffuser ou non une information, ou tout simplement doivent informer dans les règles de l’art. Pour résumer : la déontologie, ce sont les droits et devoirs moraux des journalistes.

La déontologie dans le journalisme, qu’est-ce que c’est ?

Le journalisme consiste à informer l’opinion publique sur différents sujets et à travers divers médias. Plusieurs métiers constituent ce corps professionnel, allant du secrétaire de rédaction au reporter-photographe, en passant par le rédacteur de presse. Cependant, la méthode journalistique reste la même quel que soit le poste et le média : chercher l’information et la transmettre tout en s’adaptant au public. Le journalisme est contrôlé par une charte d’éthique professionnelle afin qu’il puisse être exercé dans les règles de l’art. Cette charte, c’est ce qu’on appelle la déontologie.

Qu’est-ce que la déontologie dans le journalisme ?

La déontologie dans le journalisme, c’est l’ensemble des règles ou des devoirs qui définissent l’attitude à adopter par un journaliste dans l’exercice de ses fonctions. Elle n’est pas imposée par la loi, mais constitue la morale de la profession journalistique.

La charte de Munich, signée le 24 novembre 1971, est l’un des textes de référence de la déontologie du journalisme. Elle a été inspirée de la Charte des devoirs du journaliste français élaborée par le Syndicat National des Journalistes (SNJ) en 1918, après la Première guerre mondiale, puis révisée en 1938 pour améliorer le traitement de l’information et renforcer la confiance entre les journalistes et les peuples. La charte de Munich est rarement contestée, elle jouit même de l’adhésion de tous les syndicats de journalistes européens. Cependant, certaines sociétés de presse disposent de leur propre charte qu’elles mettent en application en interne. Dans tous les cas, toutes les chartes approuvées par les syndicats de journalistes mettent l’accent sur la vérification par les faits et la liberté de l’information et d’expression.

Les principales chartes de déontologie journalistique à connaître

Plusieurs chartes de déontologie journalistique ont été rédigées pour encadrer le travail du journaliste et lui permettre d’exercer selon des règles définies. Voici les plus connues.

Charte des journalistes en France

Créée en 1918 par le Syndicat National des Journalistes (SNJ), puis revue 20 ans plus tard par la même organisation, cette charte invite tout journaliste à prendre la responsabilité de tous ses écrits, même anonymes. Elle contient un ensemble d’obligations (garder le secret professionnel…) et d’interdictions (information mensongère, accusations sans preuve, plagiat…) régissant le travail du journaliste. C’est une charte qui inspire encore aujourd’hui les journalistes français.

Charte de Munich ou la déclaration des devoirs et des droits des journalistes

Approuvée dans la capitale de la Bavière en 1971 et inspirée de la charte des journalistes en France, la charte de Munich a été adoptée par la Fédération Internationale des Journalistes (FIJ), l’Organisation internationale des journalistes (OIJ) et la majorité des syndicats de journalistes d’Europe. Elle porte sur les droits (respect de la vérité et de la vie privée des personnes, interdiction de la calomnie, secret professionnel…) et devoirs (libre accès à l’information, droit d’enquêter librement et d’exercer son métier sans contrainte…) essentiels au journaliste dans la recherche, la rédaction d’articles et le commentaire des événements couverts.

Il existe d’autres chartes qui ont été rédigées pour protéger légalement certains journalistes, à l’instar de la charte des droits des journalistes freelance (adoptée en 2006) et la charte des journalistes jeunes (adoptée en 2002). Une nouvelle charte mondiale d’éthique des journalistes a été adoptée le 12 juin 2019 sur proposition de la FIJ, pour défendre et renforcer les normes éthiques pour les journalistes.

Synthèse des règles déontologiques de référence en France

L’Association de Préfiguration d’un Conseil de Presse en France (APCP) a résumé en 2012, dans un document synthétique, les règles déontologiques faisant référence en France. Elles ont été déclinées en cinq chapitres qui sont :

  • le droit citoyen à l’information
  • la responsabilité des éditeurs et des journalistes
  • l’indépendance du journaliste et l’autorité éditoriale
  • la collecte de l’information
  • le traitement éditorial de l’information.

Le secteur du journalisme a connu de profondes mutations ces dernières décennies, avec notamment l’évolution des nouvelles technologies et les nouveaux médias, qui proposent aujourd’hui de réelles opportunités pour les nouveaux diplômés. Vous voulez travailler dans le journalisme ? Les formations en journalisme de l’ISCPA vous permettront de préparer votre future carrière !